logo

L'infolettre de mai !

Rédigé par Camille / 17 mai 2021 / Aucun commentaire

Cher·e·s adhérent·e·s,

 
L'heure des retrouvailles approche ; une pluie nourricière (mais un peu insistante tout de même) altère à peine le chant des nombreux oiseaux qui partagent désormais nos jardins. Les fleurs jaillissent de toutes parts pour honorer leur rendez-vous avec les insectes, nos colocataires les plus insolites et surprenants.


Nature s'éveille et nous offre son fabuleux spectacle. Elle n'est donc pas très rancunière quand on pense à toutes les blessures qu'on lui inflige... Pour la remercier, nous pouvons ensemble partager nos idées et nos connaissances afin que nos initiatives estompent peu à peu notre empreinte. N'hésitez-pas à nous transmettre toute cette riche matière.
En attendant voici quelques idées documentées et parfois ludiques. En espérant vous retrouver 
mercredi 26 mai à 18h au parc André-Simon pour notre AG ordinaire 2021, nous vous souhaitons une bonne lecture !


Soyez feignant-e, délaissez l'"entretien" de vos haies !
BIC rejoint les rangs des nombreuses associations qui recommandent de ne pas tailler les haies ni d'élaguer les arbres entre le 15 mars et le 31 juillet.

Vous souhaitez offrir les meilleures conditions à la nidification et la reproduction de nombreuses espèces (oiseaux, petits mammifères, insectes) ? Il vous tient à cœur de préserver une flore qui s'épanouit pour supporter les chauds mois d'étés ? Nourrir les abeilles et embellir nos paysages, ça vous tente ? Pour chacune de ces motivations, abandonnez la coupe de printemps et admirez le spectacle qui s'offre à vous !
Le site de la commune de "Le Betay" propose d'ailleurs une très bonne illustration du sujet.

On ne le dira jamais assez :

 
"Jardinier paresseux,
jardinier heureux !
"

Maintenant que tu as du temps : plante ton slip !
L'ADEME (Agence De l'Environnement Et de la Maîtrise de l'Energie) est à l'initiative d'une démarche ludique et instructive sur la nature des sols.
Comme expliqué sur le site de l'Agence, ou sur la plaquette dédiée (à lire absolument) :


Pour observer la biodiversité sous terre, l’ADEME vous propose... de planter un slip ! Après deux mois, vous pourrez le déplanter et découvrir ce qu’il en reste. Les trous formés sont des signes du travail des petits organismes peuplant nos sols. "

Plus votre slip est dégradé, et plus votre sol est en bonne santé, plein de vitalité.
Comment faire ?
Munissez-vous d’un slip blanc, 100% coton, de préférence bio, et avec un élastique car si votre slip est entièrement dégradé, seul l'élastique vous permettra de le retrouver !
- Creusez un trou d'environ 15cm de profondeur dans votre jardin et jetez-y votre ancien partenaire.
- Rebouchez et marquez l'emplacement.
- Deux mois plus tard déterrez votre trésor délicatement, rincez-le à l'eau, laissez-le sécher et observez !

N'oubliez pas de prendre une photo et de la publier sur la carte des slips dégradés :-)

Jardinier bien reposé, s'attaque à la Renouée...
Puisque les haies ne vous occupent plus, et que le slip est planté, concentrons-nous sur la question sinon épineuse du moins envahissante de la Renouée du Japon (Fallopia Japonica)... Soyez vigilants !




La Renouée du Japon (Fallopia Japonica) est une plante herbacée vivace originaire d’Asie. Depuis la fin du XIXe siècle, elle a envahi la plupart des régions d’Europe.

Elle colonise activement les sols humides (bords de cours d’eau) acides et même pollués aux métaux (plante métallophyte). Très présente dans les friches industrielles (elle peut être un indicateur de l’état du sol).

Sa croissance est fulgurante (jusqu’à 5cm/jour) et son extension rapide : 10 grammes de rhizome (tige souterraine) ou quelques centimètres de tige aérienne, suffisent à la régénérer.

Elle étouffe toutes les autres plantes par sa taille (jusqu’à 4m de hauteur de tiges creuses en forme de cannes rosées), sa canopée de larges feuilles et ses rhizomes qui s’étendent sur de grandes profondeurs ou longueurs dans le sol.

Pour la biodiversité du jardin c’est une ennemie qui porte un grand préjudice aux espèce patrimoniales, et la lutte est très difficile ! 

Cette lutte (détaillée dans cette vidéo) est à mener dans la durée, avec vigilance, et peut s'appuyer sur :
- un arrachage précoce, avec une gestion prudente des plantes détruites (éviter leur essaimage ; pas de compostage),
- un fauchage régulier,
- de l'écopâturage (chèvres)

L’élimination chimique (produits phytosanitaires) à proscrire car peu efficace et terriblement polluante pour la santé du jardin, du sous sol et pour la longévité du jardinier. De toute façon depuis janvier 2019, l'usage des produits phytosanitaires de synthèse est interdit aux particuliers.

A noter toutefois que la Renouée plaît aux abeilles (mellifère), et elle est comestible (vidéo) dans certaines conditions (sols sains, jeunes pousses, parties tendres des cannes, jeunes feuilles). On peut la déguster en tarte ; elle a un goût acidulé s’apparentant à de la rhubarbe. A consommer cependant :
- avec prudence en raison de sa forte teneur en acide oxalique (déconseillé en cas de problèmes de  reins ou d’arthrose)
- et avec modération (notamment si présence de métaux dans le sol).

Et pour finir, un conseil lecture : Déchets land - La Face cachée de nos déchets - d'Anne Belot.
Pour finir cette Newsletter, nous vous recommandons une petite pause bien méritée au jardin, avec entre les mains la sidérante, éclairante, amusante, provocante, inspirante BD d'Anne Belot : "Déchets land, la face cachée de nos déchets".

Nos déchets drainent toute notre intimité, mais les connaissons-nous vraiment, eux et leur avenir ?
Au fil des pages l'autrice nous emmène dans les dessous de nos déchets, et analyse les ressorts du cerveau humain qui ont permis d'en arriver là. Car si, il y a 200 ans, on avait proposé à nos aïeux de produire autant de déchets, de les incinérer, les transformant ainsi en substances toxiques, de les enterrer massivement, polluant par là-même les nappes phréatiques, de les abandonner aux océans... il est certain que cette proposition n'aurait pas été considérée avec sérieux ! Il faut donc que les choses se soient passées avec une collaboration "travaillée" de nos cerveaux.

Et ce sont ces mêmes cerveaux qui ont aujourd'hui la possibilité de reprendre contact avec une réalité incroyable (on découvre beaucoup de choses dans ce livre), et de nous motiver à en parler et pourquoi pas... à agir !

Bonne lecture à tous et à bientôt pour de nouvelles aventures !
Le bureau de BIC.

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot c0i6vu3n ? :